Cérémonie de lancement par VISIOCONFERENCE : le mardi 31 Mai 2022 10H00 GMT

Les attraits de l’opération

La BIDC contribue à l’essor économique de l’Afrique de l’Ouest à travers le financement de projets publics et privés couvrant plusieurs domaines (transport, énergie, télécommunications, industrie, réduction de la pauvreté, environnement, etc.).
La Banque possède un niveau adéquat de fonds propres par rapport à ses actifs pondérés en fonction des risques. Elle présente une bonne structure capitalistique.
La marge nette d’intérêts est positive et en amélioration pour l’exercice 2021. Le niveau de marge prend en compte la mission de banque de développement avec des projets rentables mais à des taux bonifiés.
Une baisse significative du niveau des créances en souffrance, qui s’explique par une amélioration des procédures de crédits et de recouvrement (le taux de dégradation net est inférieur à 4% au 31/12/2021).
Les mesures de restriction prises dans le cadre de la pandémie de la Covid-19, tant à l’échelle mondiale que nationale, ont de sévères répercussions sur les économies des Etats membres. Après près de deux décennies de performances de croissance résilientes et robustes, la région a connu sa première récession en 2020.
Les fonds levés serviront à appuyer le financement de la relance de l’UEMOA en plus d’une injection de 120 milliards FCFA tant dans le secteur privé que le secteur public.
La Banque dispose d’une structure actionnariale solide constituée des 15 Etats de la CEDEAO.
L’improbable défaut de paiement des Etats de la CEDEAO, actionnaires de la BIDC, la renforce dans sa position de Banque de développement avec un risque quasi souverain.
Une équipe de gestion pluridisciplinaire avec une expérience avérée dans le financement du développement.